BERThod Bernard – Remplois en paramentique

Séminaire du 11 février 2019

Bernard Berthod, conservateur du Musée d’art religieux de Fourvière

Le remploi d’étoffes civiles est une constante depuis l’époque paléochrétienne, au moment où le vêtement liturgique se différencie du vêtement civil, au cours du IVe siècle. Jusqu’au XIXe siècle, il n’y a pas de notion de « tissage sacré », de tissage d’une étoffe spécialement utilisée pour le culte. Tous les vêtements liturgiques sont confectionnés à partir de tissus employés dans le quotidien.  Cependant, nous n’avons que peu d’information sur les vêtements liturgiques au premier millénaire et encore moins de témoins ; seuls les vêtements somptuaires sont parvenus jusqu’à nous et rarement dans leur intégralité. Dans notre étude, nous avons distingué d’une part la confection de vêtements prestigieux à partir de dons de vêtements de grande qualité par des personnages importants, princes, familles royales, cardinaux et prélats ; d’autre part, la réalisation et la réparation par nécessité de vêtements liturgiques usés avec des « hardes » données par des fidèles moins fortunés. Le remploi liturgique, somptuaire ou de nécessité, a perduré jusqu’au milieu du XXe siècle. Parmi les chercheurs précurseurs, il faut citer les travaux de Christine Aribaud –Monteil de l’Université de Toulouse Le Mirail et de Françoise Piponnier qui a dépouillé les Inventaires après décès des XIVe et XVe siècles.

1.Remploi par nécessité

Les paroisses pauvres doivent développer des stratégies d’économie pour pouvoir assurer un vestiaire convenable et répondant aux normes canoniques. Cela est vrai dès le haut Moyen-âge mais encore plus après le concile de Trente (1563). En effet, dans l’élan du concile, le Saint-Siège crée des Congrégations pour répondre et contrôler certains aspects de la doctrine et de la pratique religieuse. C’est ainsi que la Sacrée Congrégation des Rites est créée par Sixte V en 1588 pour gérer les questions liturgiques. Plus tard, Clément VIII fait promulguer en 1600, le Cérémonial des Evêques qui uniformise les pratiques épiscopales et donne tous les éléments à chaque évêque pour « bien tenir » son diocèse. Ce livre insiste sur les devoirs de surveillance et d’inspection de l’évêque qui doit visiter tous les cinq ans l’ensemble des paroisses de son diocèse. Ces visites pastorales, déjà encouragées par saint Charles Borromée, doivent permettre à l’évêque, entre autres, de s’assurer que le culte est célébré dignement. Pour cela, il est tenu d’inspecter chaque sacristie et de porter une appréciation sur la qualité du vestiaire liturgique.

En France comme dans nombreuses autres contrées, le temporel de la paroisse est assuré par un groupe d’hommes, appelés marguilliers, composant la fabrique. C’est à eux qu’il appartient de donner au curé les moyens de célébrer dignement et donc de le pourvoir en vases sacrés et en vêtements liturgiques. La Congrégation des rites impose que les vêtements liturgiques soient confectionnés en soie : c’est le cas de la chasuble et de ses accessoires, puis du voile de calice qui apparait à cette époque. Le remploi est une nécessité pour les paroisses pauvres car aucune dérogation n’est donnée quant à la qualité des vêtements. La soie est impérativement imposée pour la chasuble.

Pour donner une idée des réalités économique, nous citons l’exemple de la paroisse d’Artigues (Saint-Bertrand de Comminges) en 1759 : l’église et la fabrique n’ont aucun revenu mais seulement 5 à 6 livres par an de don, or une étole en damassade de Nîmes (soie peu onéreuse) coute 9 livres et une chasuble modeste avoisine les 75 livres.

1.1. Remploi par ravaudage

Fig. 1 – Pluvial XVIIIe siècle, soie brochée

En examinant les vêtements, on retrouve souvent des empiècements sur les parties du vêtement astreintes au frottement. Généralement, les empiècements sont de même couleur mais pas toujours (fig. 1). Le retournement des galons d’or ou d’argent permet de rafraichir le vêtement.

….

1.2. Remploi par teinture

Lorsqu’une couleur manque, il est d’usage de teindre des parements blancs ou clairs en une couleur plus sombre comme le vert qui sert beaucoup pour la férie ou le violet qui marque les temps de pénitence (Avent et carême).

2. Remplois somptuaires

Le remploi somptuaire est plus facile à suivre. Depuis l’époque paléochrétienne les puissants offrent des étoffes de grande qualité pour y tailler des vêtements liturgiques et des parements d’autel. On distingue trois types de provenance : les étoffes et tentures d’apparat, les vêtements civils et les anciens vêtements liturgiques usés par endroit et surtout passés de mode.

2.1. Remploi de tentures d’apparat 

Fig. 2 – Chasuble dite aux cosses de genets, velours coupé, broché, soie, fils or, fin XIVe siècle Lyon, Musée des Tissus

Les étoffes et tentures d’apparat sont privilégiées car elles servent seulement en quelques occasions bien définies et ne sont pas forcément remployées comme telles. Nous citons quelques exemples parmi d’autres. 

-La chasuble dite aux cosses de genet en velours de soie (coupé, triple corps) conservée au musée des Tissus de Lyon, réduite à un dos de chasuble présentant un décor de cosses de genet stylisées, accompagné de la devise Espérance inscrite sur une ceinture placée à l’horizontal (fig. 2). Cette chasuble a été taillée à la fin du XVIIe siècle dans une tenture emblématique en rapport avec l’ordre royal de la Cosse de Genet, tissée à la fin du XIVe siècle1 . L’ordre créé par saint Louis en 1234 connait un grand développement durant tout le XIVe siècle et disparait sous le règne de Charles VI (1380-1422), le remploi des textiles devenus désormais sans objet n’est donc pas étonnant.

Fig. 3 – Chasuble aux armes du duc de Bedford, début XVe siècle, Musée d’art sacré du Gard

-La chasuble aux armes du duc de Bedford (1389-1935), acquise sur le marché de l’art vers 1990 et conservée au Musée d’art sacré du Gard2  (fig. 3). Le vêtement liturgique a été taillé au début du XVIIe siècle dans une tenture ornée avec le meuble héraldique du duc : des racines d’or. Elle présente des usures à des endroits inhabituels pour une chasuble et de plus, le tailleur ignorait tout de sa provenance et de son utilité au point de placer les racines à l’envers.

Fig. 4 – Chasuble de la canonisation de saint François de Sales, début XVIIe siècle, Musée de la visitation, Moulins

– La chasuble pour la canonisation de saint François de Sales appartenant au monastère de la Visitation-Sainte-Marie de Poitiers et conservée au Musée de la Visitation à Moulins (fig. 4).  Elle est réalisée par les visitandines en 1666 pour célébrer la canonisation de leur fondateur dans un velours de soie de provenance royale. La tradition de la Visitation veut que l’étoffe provienne du carrosse utilisé par Henri IV lors de son sacre, ce serait plutôt une tenture réalisée pour le couronnement de Marie de Médicis, en 16103 .

Un remploi fréquemment rencontré est celui du drap mortuaire. Lors de la messe de funérailles, le rituel demande que le cercueil soit couvert d’un drap mortuaire. Ce drap généralement de couleur sombre est souvent légué à la paroisse par le défunt lui-même (par testament) ou offert par la famille. Il peut soit être réutilisé tel quel soit transformé.

À la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, le tissu d’ameublement qui est vendu dans des magasins spécialisés, permet aux riches donateurs de doter leur paroisse ou les couvents qu’ils protègent.

2.2. Remploi de vêtements donnés par des bienfaiteurs

Au Moyen-âge, alors que le textile de qualité est une denrée rare et chère, on constate de nombreux remplois de vêtements féminins ou masculins. Françoise Piponnier en cite de nombreux exemples au XVe siècle4 .

Fig. 5 – Dalmatique, soie broché, Lyon, vers 1765
Fig. 6 – Chasuble, fonds : soie début XVIIIe siècle, croix : soie façonnée, vers 1780

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la paramentique est souvent l’affaire des couvents même si dans les grandes villes, des tailleurs et brodeurs proposent des vêtements liturgiques. Les pieuses fidèles alimentent régulièrement les monastères par des dons de robes et d’étoffes variées, souvent de belle qualité mais passées de mode (fig. 5 et 6). Une autre source de matière première est le trousseau des jeunes filles qui abandonnent le monde pour la paix du cloître. Lorsqu’elles sont bien nées, le trousseau est à la hauteur de la condition familiale et l’ouvroir monastique a tôt fait de transformer les beaux atours en de non moins belles chasubles. Les religieuses décousent minutieusement les vêtements puis les assemblent pour constituer une chasuble, un pluvial, une dalmatique et avec les tombés, les accessoires : manipule, étole, voile de calice.

Fig. 7 – Prise de voile au carmel de Tassin (Rhône), vers 1950. Coll. part.

L’excellent travail de Gérard Picaud et de Jean Foisselon, responsables du Musée de la Visitation de Moulins nous en donne maints exemples. Ainsi à la Visitation Sainte-Marie de Paris, les religieuses couturières tirent « trois chasubles fort agréables des habits de notre honorée sœur Marie Adelaïde de Noailles, deux sont à fond blanc et fleurs d’or et nuées et la troisième de damas blanc5 ». De même, pour la prise d’habit de sa petite-fille, la comtesse d’Oisy lui offre une robe d’une étoffe nommée pluye d’argent et elle y ajoute « une étoffe fond or à fleurs pour les orfrois et le chaperon d’une chape faite de cette robe6 » . Le Musée de la Visitation conserve ainsi plusieurs pièces, par exemple, une chasuble en soie de Lyon (lampas fond taffetas broché) confectionnée avec 23 petites morceaux à partir d’un vêtement donné à la Visitation d’Aurillac par la famille de Noailles. Le remploi des robes « de mariée » portées par les religieuses qui prononcent leurs vœux solennels se perpétue jusqu’aux années 1960 (fig. 7).

Lorsque l’on ne peut pas confectionner un vêtement liturgique, l’étoffe peut servir à la doublure, comme pour l’admirable chasuble en gros de Tours lancé, portée par saint François de Sales et doublée d’une damas grosse de Tours provenant de la robe de prise d’habit de la Mère de Blonay, à Annecy en 1612. Le remploi se retrouve dans les années 1970, lorsqu’après le concile Vatican II, une partie du vestiaire épiscopal abandonné, comme la cappa magna, les mantelets et les ferraiollo prélatices en soie rouge et violettes est transformée en pluvials et chasubles.

2.3. Remploi en transformant les vêtements liturgiques « passés de mode »

Fig. 8 – Confection d’une chasuble tridentine à partir d’une chasuble médiévale. Schéma tiré de G. Sporbeck, Die liturgischen Gewänder : 11. bis 19. Jahrhundert : Bestandskatalog, Cologne, 2001, p. 61 (Sammlungen des Museum Schnütgen, Bd. 4)
Fig. 9 – Étole confectionnée à partir d’une étoffe italienne XVe siècle, vers 1760.

Entre le XIIe et le XVIIIe siècle la forme des vêtements liturgiques et en particulier de la chasuble s’est beaucoup modifiée. Cette transformation est surtout due à une recherche de confort de la part du clergé en fonction de l’évolution des rites. Par exemple, lorsqu’à la fin du XIIIe siècle, la liturgie demande au prêtre d’élever les bras pour présenter l’hostie consacrée et le calice, la masse de tissu de la chasuble médiévale, très couvrante, repliée sur l’avant-bras du prêtre devient très pesante. Le tailleur coupe donc cette partie encombrante pour libérer les bras (fig. 8 et 9). Au XVIIIe siècle, l’ensemble du vestiaire liturgique se raccourcit en particulier les chasubles et les dalmatiques.

Lorsque les antependium en textile sont abandonnés, au cours du XVIIIe siècle, afin de mettre en valeur les sculptures de l’autel, un certain nombre sont transformés en pluvial. Transformation d’un antependium réalisé par les Ursulines au milieu du XVIIe siècle. Après 1733, transformation en pluvial (commune d’Ault dans la Somme)7.

2.4. Remploi de broderies

Les broderies sont souvent plus précieuses que le tissu qui les soutient et aussi moins fragiles. Il n’est pas rare de trouver le déplacement de broderie d’un vêtement à l’autre. Si le nouveau vêtement est plus court et c’est souvent le cas, le tailleur n’hésite pas à couper une partie de la broderie. Le remploi de dentelles métalliques, très résistantes, est également fréquent. 

2.5. Remploi dévotionnel / mythique

Fig. 10 – Pluvial taillé dans une robe de la reine Marie-Antoinette, Taffetas de soie moiré, filé or. Cathédrale Notre-Dame des Doms, Avignon

Certains personnages particulièrement vénérés sont à l’origine de traditions légendaires mettant en scène le remploi. C’est le cas de la reine Marie Antoinette dont quelques éléments de vestiaire passent à la postérité pour avoir été remployés à des fins liturgiques (fig. 10). Par exemple, est conservé à la cathédrale des Doms d’Avignon, un pluvial taillé dans « dans une robe portée par Marie-Antoinette aux derniers jours de son emprisonnement à la Conciergerie », de soie moirée8 . La robe aurait été donné par la reine à sa femme de chambre, Rose Lamorlère qui à sa mort l’offre à l’abbé Veran, du diocèse d’Avignon, qui la transforme en chape, son neveu l’abbé Veran de Tarascon l’offre à Mgr Jean-François Perier, évêque constitutionnel du Puy-de-Dôme puis premier archevêque concordataire d’Avignon.

Le pontifical rouge dit « du cardinal Fesch » conservé à la Primatiale Saint-Jean Baptiste de Lyon a une histoire similaire. Ce pontifical comprenant 34 pièces, est connu comme étant un don du cardinal Fesch à sa cathédrale. La tradition lyonnaise veut qu’il ait été taillé dans les tentures ayant servi à la décoration de la cathédrale Notre-Dame de Paris, lors du sacre de l’empereur, tentures dont le cardinal aurait été gratifié9 ! Cependant, aucun écrit ne permet d’étayer cette tradition. Lyonnet, qui décrit abondamment les présents reçus par le cardinal à la suite du sacre ainsi que ceux consentis par le couple impérial de passage à Lyon en avril 1805 n’en parle pas10 . Lucien Bégule dans sa monographie de la primatiale de Lyon ignore aussi cette tradition orale. Les relations du sacre décrivent les tentures ayant servi à la décoration de Notre-Dame, comme des velours de soie bleu et rouge cramoisi agrémentés d’abeilles et monogrammes impériaux ; ces velours brodés étaient inutilisables tels quels, à telle enseigne que le chapitre de Notre-Dame, ayant reçu le manteau de l’empereur et n’ayant pu le réemployer, se hâta, en 1815,  de vendre les broderies d’or pour 400 francs quant aux velours laissé «  dans un état de dégradation avancée, causé par l’application et le collage des abeilles en or qui en faisant l’ornement » on en tira 300 francs11 . Seuls, les banquettes des cardinaux et le trône papal sont recouverts de velours rouge uni. Est-ce de ce velours dont hérite Fesch ? Ce serait un cadeau bien modeste en comparaison de la croix pectorale ornée de diamants, du service de vaisselle plate et d’une boîte en or ornée d’un portrait de l’empereur qu’il a reçus pour la circonstance. 

Afin de redonner du lustre à son siège primatial, le cardinal Fesch commande en 1804 un pontifical blanc et un pontifical rouge pour sa cathédrale dont la sacristie a été dévastée pendant la période révolutionnaire. Quelques pièces du pontifical blanc sont conservées, en revanche, le pontifical rouge a entièrement disparu. L’actuel pontifical rouge est celui demandé par la fabrique, décrit dans un devis de la maison A. Petit, daté de 1839 et livré en 1841. L’administrateur apostolique du diocèse, Mgr Gaston de Pins appuie cette demande en écrivant au préfet « la primatiale est privée d’un ornement pontifical rouge depuis longtemps, celui de 1804 étant hors de service12 ». André Chagny qui l’étudie en 1926 trouve « la broderie plus récente et moins grasse que dans les vêtements à fond d’argent…. Elle présente des motifs élégants inspirés par ceux des dalmatiques et de la chasuble d’origine13 » . La coupe de la chasuble et des accessoires signe également une période postérieure, ce n’est plus l’élégante coupe romaine d’une chasuble retombant légèrement sur les épaules ni les extrémités des étoles et manipules en trapèze mais une chasuble plus étriquée et une étole aux appendices en forme de battoir. Les broderies du pontifical à fond d’argent ne souffrent pas la comparaison quant à leur délicatesse et leur légèreté. 

Ainsi, l’église catholique n’a cessé, depuis les temps apostoliques, de remployer des matériaux textiles extrêmement variés afin d’assurer la dignité et la beauté de la liturgie.

 

….

1. Un fragment de la même étoffe ayant appartenu au collectionneur lyonnais Carrand est conservé au Bargello de Florence. Voir G. Blazy, Musée des Tissus de Lyon, guide des collections, Lyon, 1998, p. 144.
2. A. Girard, « Le remploi tardif d’une tenture du duc de Bedford en chasuble », in C. Aribaud (éd.), Destins d’étoffes : usages, ravaudages et réemplois des textiles sacrés, XIVe-XXe siècle : actes des troisièmes journées d’étude de l’AFET, janvier 1999, Toulouse, 2006 (Méridiennes).
3. G. Picaud, Sacrées soieries, étoffes précieuses à la Visitation, Paris, 2012, p. 94-98.
4. F. Piponnier, « Le vêtements ecclésiastique », in G. Blaschitz, H. Hundsbichler, G. Jaritz, (éds), Symbole des Alltags, Alltag der Symbole : Festschrift für Harry Kühnel zum 65. Geburtstag, Graz, 1992, p. 480.
5. G. Picaud, Sacrées soieries, étoffes précieuses de la Visitation, Paris, 2012, p. 37.
6Id., p. 35. Lors de la prise d’habit d’une religieuse, cette dernière porte une robe de mariée pour célébrer ses noces avec le Christ. Cette coutume se perpétue jusqu’à nos jours.
7.  P.-M. Pontroué, Au fils du temps, l’art de la broderie chez les Ursulines au XVIIe siècle, Amiens, 1992, p. 59-61.
8.  D. Vingtain, M.-C. Leonelli, E. Dutocq, O. Valansot (éd.), Merveilles d’or et de soie : trésors textiles de Notre-Dame des Doms du XVIe au XIXe siècle : exposition du 21 décembre 2000 au 4 juin 2001 au Palais des papes, Avignon, Avignon, 2000, n° 36, p. 37 ; A. Reyne, « Une robe de Marie Antoinette transformée en chape », in J. Pole, Fil de foi, chemins de soie : du 11 septembre au 15 novembre 1993, Château de Chambord, Blois, 1992, p. 149.
9.  P. Arizzoli-Clémentel, « Joseph Cardinal Fesch And the Liturgical Vestments of Lyon », in K. Le Bourhis (ed.), The Age of Napoleon : Costume from Revolution to Empire, 1789–1815, New York, 1989, p. 141-145.
10.  J. Lyonnet, Le cardinal Fesch archevêque de Lyon : fragments biographiques, politiques et religieux pour servir à l’histoire ecclésiastique contemporaine, Paris, 1841, t. I, p. 425.
11.  L. Le Rouzic, Le Trésor de Notre-Dame de Paris, Lyon, 1948, p. 118-122.
12.  Lettre de Mgr de Pins au Préfet du Rhône 4 janvier 1839. Archives départementales du Rhône, V 310.
13.   A. Chagny, « Les vêtements artistiques conservés à la cathédrale Saint-Jean de Lyon », La soierie de Lyon, 1926, p. 760-763.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.